Gjon Muharremaj 13.06.2018

«Je joue du piano depuis que j’ai 7 ans»

Mit der Gustav-Akademie will Pascal Vonlanthen alias Gustav junge musikalische Talente fördern und Freiburger aus den beiden Sprachgebieten zusammenbringen. In einer zweisprachigen Serie stellen die FN alle Finalistinnen und Finalisten der ersten Ausgabe der Akademie vor.

In diesem Kurzporträt präsentieren die FN den Gustav-Akademie-Teilnehmer Gjon Muharremaj, 19 Jahre alt, aus Broc.

Je m’appelle Gjon, j’ai 19 ans. J’habite à Broc près de la chocolaterie Cailler et j’effectue ma maturité spécialisée pédagogique afin d’entrer à la HEP l’année prochaine. Je joue du piano depuis que j’ai 7 ans en ayant commencé les cours de piano jazz à cette époque. Après avoir adoré ces leçons, je me suis mis à prendre des cours de chant au conservatoire de Bulle avec Marie-Alix Pleines, un professeur remarquable qui m’a fait comprendre que la voix n’est pas seulement l’instrument du corps mais qu’il est aussi celui de l’émotion et de l’âme.

Was bedeutet die Musik für dich?
Que signifie la musique pour toi?

La musique est composée de différents sons et voix. Pour moi, le son est le moyen le plus primitif, simple et sincère de faire ressentir une émotion à quelqu’un. Si je devais donc la définir, la musique serait le moyen de communication le plus accessible pour transmettre une émotion.

Was hast du bislang in der Gustav-Akademie gelernt?
Qu’as-tu appris jusqu’à présent à l’académie de Gustav?

Grâce à nos partenaires, à l’équipe de l’académie, aux académiciens exceptionnels et à Gustav, ce que j’ai appris c’est déjà qu’une telle expérience pouvait réellement être possible dans le canton de Fribourg mais surtout, au niveau musical, j’ai appris à collaborer avec des personnalités chargées d’histoires différentes, d’univers différents et de statuts différents (amateur/professionnel).

Wie klappt die Zusammenarbeit mit den Teilnehmern aus der anderen Sprachregion?
Comment va la collaboration avec les participants de l’autre région linguistique?

La collaboration entre participants est très riche. On rit beaucoup, on s’amuse, on chante, on improvise, on compose, on structure nos chansons, on s’aide, on se conseille, on partage : on casse les clichés !
 

Wenn du nicht von der Musik leben kannst, was machst du dann beruflich?
Si tu ne peux pas vivre de la musique, que veux-tu faire dans la vie?

Si je n’ai pas les moyens nécessaires pour vivre de la musique, je finirai ma formation d’enseignant à l’école primaire. Je pense que ces deux métiers sont très similaires ; en effet, pour moi, la musique et l’enseignement sont deux professions de partage qui ont pour but d’apporter une connaissance, une idée, une émotion nouvelle à son auditeur.