Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on print

Une forêt qui réunit

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on print

Das ist ein bezahlter Beitrag mit kommerziellem Charakter. Text und Bild wurden von der Firma Muster AG aus Musterwil zur Verfügung gestellt oder im Auftrag der Muster AG erstellt.

A sept heures du matin, les ouvriers se hâtent sur les routes de la zone industrielle de Moncor, à Villars-sur-Glâne, vers leur travail, le regard fixé sur leur montre. Les camions et les véhicules d’entreprises se suivent, le conducteur énervé d’une Nissan noire klaxonne. La forêt de Moncor se situe à quelques mètres de cette dense circulation, un îlot idyllique au milieu de cette zone industrielle.

Grâce à Frédéric Schneider, l’ingénieur forestier cantonal, la forêt de Moncor est devenue un lieu de rencontre proposant également des distractions: Schneider est à l’origine du projet «Dans le Bois de mon cœur», projet qui a démarré en 2008. Le projet souhaite faire du bois de Moncor un lieu de rencontre. «Le ‹Bois de mon cœur› est destiné à tout le monde, qu’il s’agisse de familles, d’écoles, de cercles d’amis ou de groupes de jeux», explique Schneider.

Un projet qui réunit

Bien que la fusion au niveau politique entre les communes entourant Fribourg ait capoté, les communes de Fribourg, Granges-Paccot, Givisiez, Corminboeuf et Villars-sur Glâne participent ensemble à la réalisation du «Bois de mon cœur». «Ce projet permet à diverses communes et instances de travailler ensemble», relève Schneider. Chacune des cinq communes participe financièrement à l’entretien du circuit interactif, car celui-ci nécessite un important investissement en temps et en argent: trente postes sont répartis le long du sentier didactique inauguré au mois de mai de cette année. Ces postes comprennent de petites souches jusqu’à une construction en bois de douze mètres sur huit, «la scène forestière». Grâce à ces postes, la forêt de Moncor ressemble à un conte de fées – des hamacs, d’énormes feuilles, un pavillon dans lequel Blanche Neige et les sept nains se sentiraient tout de suite à l’aise. Schneider et le Service des forêts et de la faune ont aussi impliqué des écoles dans la réalisation du projet. Les connaissances du personnel enseignant a été spécialement utile pour ce qui concerne l’aspect didactique du circuit. Les divers postes doivent servir à transmettre aux habitants des communes environnantes des connaissances sur la forêt. Frédéric Schneider souhaite que les citadins réapprennent à connaître la nature – quasiment une fusion entre l’homme et la nature.

Beaucoup des postes conviennent particulièrement aux enfants. Ils doivent désigner leur arbre favori, le décrire et assimiler les caractéristiques d’un arbre spécifique. Au poste «Tous au soleil», toute la classe doit se tenir sur des souches pendant qu’un enfant passe avec un bâton par-dessus ses camarades. Tous les enfants suivent la pointe du bâton lequel représente le soleil. Les enfants apprennent ainsi que les arbres ont diverses formes car ils poussent vers la lumière du soleil. Le responsable du projet est persuadé que les enfants apprennent beaucoup plus facilement si cela leur est enseigné de manière ludique ou sous forme d’activités.

Bientôt bilingue

L’intégration de personnes souffrant d’un handicap est un souhait de Frédéric Schneider, raison pour laquelle une grande partie du circuit est praticable en chaise roulante. Des données audio se trouvent sur internet pour les personnes mal voyantes, lesquelles peuvent ainsi écouter les textes explicatifs.

Les indications n’existent actuellement qu’en français: «Nous sommes en train de procéder aux traductions. Toutes les données audio seront bientôt également disponibles en allemand», promet Schneider. Il serait ravi si des classes alémaniques venaient parcourir le sentier didactique. C’est pourquoi le bilinguisme lui tient à cœur.

 Vue sur une majestueuse couronne d’un arbre.Une feuille en bois apprend la photosynthèse aux enfants.Frédéric Schneider veut expliquer la nature de manière ludique aux gens.De nombreuses tables en bois invitent au pique-nique et à la fête.

«Ce projet permet à diverses communes et instances de travailler ensemble.»

Frédéric Schneider

Ingénieur forestier cantonal

«Nous sommes en train de procéder aux traductions.»

Frédéric Schneider

Ingénieur forestier cantonal

«Le ‹Bois de mon cœur› est destiné à tout le monde.»

Frédéric Schneider

Ingénieur forestier cantonal

Le projet

Pour des anniversaireset des écoles

Tout un chacun peut montrer son talent théâtral ou musical sur la grande scène à l’entrée de la forêt de Moncor: «La location de la scène est gratuite, par exemple pour des anniversaires», explique Frédéric Schneider, ingénieur forestier cantonal. Les canapés peuvent également être réservés via internet – il s’agit de petites places assises autour d’un foyer, entourées d’une protection faite de branchages. Le pavillon d’accueil est également disponible, un petit endroit tranquille malgré la proximité de la zone industrielle.kf

Mehr zum Thema